Appel du 19 courant... Afficher | Masquer

Ce titre désormais connu renvoie à une “tradition” établie de relance de notre campagne de donation, le 19 de chaque mois. Nous avons affiché ici les donations pour le mois de février 2017, à la date du 19 de ce mois. Comme nous l’expliquions lorsque fut lancée cette formule des donations, dans notre texte du 1er mars 2011 (dans notre rubrique Notre Situation), il s’agit de solliciter votre intervention et votre soutien pour atteindre de €2.000 à €3.000 par mois (« ... les montants de €2.000 et €3.000, qui constituent pour nous les sommes permettant respectivement un fonctionnement minimum des fonctions essentielles du site et un fonctionnement plus aisé de ces fonctions »). Nos lecteurs savent évidemment que, depuis 2011, les conditions économiques ont évolué et que les sommes proposées doivent être définies différemment. Le seuil du « fonctionnement minimum des fonctions essentielles du site » dépasse aujourd’hui très largement les €2.000 et le reste à l’avenant, et nous espérons que nos lecteurs en tiendront compte dans leur action de solidarité et de soutien.

Nous voulons rajouter à ces précisions d’ordre comptable certaines précisions d’un autre domaine, concernant la raison d’être, les origines et le fonctionnement de dedefensa.org. Nous pensons qu’on trouve dans les textes cités nombre de réponses aux questions que certains lecteurs (notamment les lecteurs les plus récents) peuvent légitimement se poser concernant le fonctionnement et les besoins du site, en fonction des conceptions journalistiques étendues à des missions de commentaire, de conceptualisation et d’analyse profonde de la situation du monde suivies par dedefensa.org. L’ancienneté de ces textes témoigne du fait que ces préoccupations et ce besoin d’information sont constants chez nos lecteurs, et nos réponses et notre position générale à cet égard, également constantes. Les trois textes cités (par ordre d’importance selon nous, et non par ordre chronologique) sont ceux du 25 août 2007, du 3 septembre 2007 et du 4 octobre 2006.

Les résultats après 18 jours de cette donation mensuelle de février 2017 atteignaient €1073. Nous exprimons notre très chaleureuse reconnaissance aux personnes qui sont intervenues dans le cadre de cette donation. (Pour effectuer des donations, voyez également nos pages spéciales: pour les lecteurs ayant un compte, pour ceux qui n’en ont pas.) Si vous en avez le cœur et les moyens, et si vous en comprenez la nécessité, soutenez-nous, soutenez dedefensa.org. Merci.

0 €

1500 €

3000 €

Levée de fonds dévolus aux frais de fonctionnement.
fvrier 2017 : 1553 € récoltés

1553 €
Le journal

dde.crisis

de Philippe Grasset

Retrospective du 19/02/2017 au 25/02/2017

• S’il est vrai que nous nous intéressons particulièrement à l’hypothèse de la sécession aux USA, représentée essentiellement par le cas de la Californie, c’est par l’intérêt qu’elle présente spécifiquement, mais aussi par ce qu’elle nous dit de l’état du monde et par les imbrications inévitables qu’elle a avec nos propres situations. • La sécession revenue au devant de la scène du système de l’américanisme, c’est un symbole terrible de la crise, à notre sens crise terminale, où sont entrés les USA avec la candidature puis l’élection du président Trump. • Mais c’est également une dynamique qui caractérise cette forme de crise, qui est la forme fondamentale où des forces de déstructuration et de structuration s’opposent, pour activer ou stopper les processus de dissolution ; et, dans l’état d’avancement de la crise où nous nous trouvons, certains processus de déstructuration s’invertissent et deviennent vertueux en s’attaquant aux structures que le Système lui-même a formées pour son propre travail de déstructuration.• La sécession, dans le cas qui nous occupe, est un de ces processus de déstructuration qui peut effectivement s’invertir et devenir vertueux. • En d’autres mots, cet aspect de la crise de l’américanisme nous concerne tous. (Voir le 19 février 2017, le 20 février 2017, le 21 février 2017, le 22 février 2017, le 23 février 2017, le 24 février 2017 et le 25 février 2017.)


Le Journal dde.crisis de Philippe Grasset     A propos de dedefensa.org
Librairie dde

La Grâce de l’Histoire (Tome-II) : voyez nos conditions exceptionnelles d’achat

Voyez dans notre Librairie.dde toutes les précisions sur les conditions d’achat exceptionnelles pour les lecteurs de dedefensa.org, de ce nouveau livre de Philippe Grasset (le Tome-II de La Grâce de l’Histoire est sous-titré Le Deuxième Cercle), au prix de €18, port compris, au lieu de €26 en vente normale. (Accès en cliquant sur le rectangle bleu avec mention “Librairie.dde” en-dessous du texte.) D’autres conditions d’achat, également réservées aux lecteurs de ce site et également à des conditions exceptionnelles, comprennent les propositions suivantes : • La Grâce de l’Histoire, Tome-I au même prix de €18 (en réduction de €8 par rapport au prix initial de 2014). • Les deux ouvrages combinés, Tome-I & Tome-II, pour €32. Voyez les diverses précisions sur ces offres et sur les livres eux-mêmes dans notre Librairie.dde.


Librairie dde

Sélection parmi les dernières parutions

Brèves de crise

Nos deux derniers jours : urgence !   27/02/2017

Analyse

Notes sur l'inaction et le silence   26/02/2017

• De Washington D.C. à la Syrie, on observe une  contraction décisive des positions stratégiques des USA, effectuée dans un concert étrange fait à la fois d’inaction et de silence... • Décidément, la présidence Trump ne ressemble à aucune autre et personne ne peut raisonnablement prétendre à quoi ressemble sa politique étrangère, et s’il y a une politique étrangère, ou encore si cette apparence d’absence de politique étrangère n’est pas la meilleure politique étrangère possible pour Trump aujourd’hui. • Quoi qu’il en soit, toutes les indications convergent pour observer que l’on ne peut en aucun cas poser un diagnostic sur ce qu’est aujourd’hui la présidence Trump par rapport à la politique extérieure US plongée depuis plusieurs années dans le désordre et la paralysie, parce que principalement la situation intérieure aux USA constituée d’une menace révolutionnaire majeure détermine aujourd’hui l’essentiel du jeu politique. • Cela est apprécié autour de quelques interprétations de diverses sources sur la situation autour de la Syrie, et autour de la position US vis-à-vis de la situation autour de la Syrie. • Nul ne s'étonne si ces interprétations suscitent surprises et contrepieds.

Bloc-Notes

Marine et la Californie, même combat   25/02/2017

Quelques réflexions du vénérable Patrick Buchanan, inspirateur des paléo-conservateurs et conscience du mouvement conservateur US, sur la question : “La sécession, pourquoi pas... ?” • Si l’on suit l’exemple de la Californie, l’on ne peut en effet sortir de l’affreuse “guerre culturelle” en cours que par la sécession. • Le paradoxe est que Buchanan fait le parallèle entre la marche vers la sécession de la Californie gauchiste et les projets-FN de Marine Le Pen. • Tout cela, avec un Trump déconstructeur du pouvoir central US.

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

La France au pied du volcan   24/02/2017

C’est moins la rencontre “historique” Macron-Bayrou que des signes antiSystème qui ne trompent pas qui me poussent à prendre la plume pour vous parler des présidentielles en France. Dans cette étrange époque de la communication où la réalité n’existe plus et où il faut constamment mener sa propre enquête pour…

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

Tusk : “Ce Tusk dit n’importe quoi !”   22/02/2017

Imaginez un nommé Dupond (avec un d), qui a établi depuis des années une alliance formidable avec un nommé Dupont (avec un t), qui découvre soudain quelque machination épouvantable de la part de son vis-à-vis et qui s’écrie, et qui clame à grands cris, qui proclame : “C’est fini, Dupont-avec-un-t, c’est…

Ouverture libre

Réflexion sur l’éclatement des USA   21/02/2017

• Articles du 21 février 2017. • Quelle perspective pour les USA dans la puissance du courant déstructurant qui les secoue ? • Les USA menacés d’une guerre civile de type-G4G, il faut explorer les voies pour éviter une telle catastrophe. • Une perspective est celle d’un fédéralisme très large avec des “villes ouvertes” avec un statut d’autonomie très forte. • Formule sophistiquée d’un état de sécession générale prenant en compte les complications des affrontements postmodernes. • Contributions : dedefensa.org et William S. Lind. 

Faits et commentaires

Poutine ne sourit plus du tout   20/02/2017

• Plusieurs signes, notamment hier à Munich (conférence Wehrkunde sur la sécurité) et à Moscou montrent que Poutine a décidé un mouvement diplomatique majeur. • Le discours de Lavrov à Munich et la décision de reconnaître les documents officiels des républiques du Donbass constituent un message pour Trump : il faut se décider, et vite, sur la coopération avec Moscou, sans quoi Moscou “reprend sa liberté”. • Le problème est que Trump, plus que jamais en posture d’affrontement avec l’establishment (le Système), a son front principal à l’intérieur et que sa “politique extérieure” n’est qu’un instrument tactique pour cette bataille intérieure. • Poutine revient aux stricts intérêts de la Russie, c’est-à-dire qu’il se débarrasse de l’emprisonnement stratégique où le tenait son soutien inconditionnel à Trump. • Le durcissement russe pourrait paraître tactique à première vue mais il a une dimension stratégique latente et il est gros d’un durcissement sans précédent de la Russie, sur la Syrie mais surtout sur l’Ukraine. • C’est dire si l’Europe, autre locataire du bloc-BAO, est concernée au premier chef si l’on considère la situation géopolitique : les échéances électorales (France, Hollande, Allemagne) risquent de se faire sur le fond d’une nouvelle aggravation de la crise avec la Russie. • Le problème est grave pour les USA et pour l’Europe, qui sont dans une position de faiblesse sinon d’effondrement sans précédent. • Mais qui le réalise ?

Bloc-Notes

La géopolitique du Fake-coup de fil   19/02/2017

• Deux joyeux drilles, russes évidemment, sans aucun doute du KGB ou de la Tchéka, passent des coups de fil au Congrès, d’abord à la députée Waters, et hier au puissant sénateur McCain. • “Allo, ici le Premier ministre ukrainien...”, et la conversation s’engage. • Ainsi apprend-on ce que savent, pensent et disent ces puissants personnages qui conduisent l’exceptionnelle America the Beautiful. • Il faudra avertir la CIA et la NSA, pour que ces brillantes agences avertissent la représentation fédérale du danger  que Poutine fait peser sur elle.

Analyse

Notes sur Flynn et l’“État profond” du désordre   17/02/2017

• La chute, ou démission forcée d’une façon ou l’autre, du conseiller de sécurité national du Président US, le général Michael Flynn, ancien directeur de la DIA, a fait tant de bruits, suscité tant de certitudes diverses, conduit à tant d’interprétations décisives... • La narrative dominante : une (première) contre-attaque de l’“État profond” contre Trump, avant d’autres, aussi sanglantes, jusqu’à Trump lui-même. • Il faut nuancer cette version, et d’abord la nuancer dialectiquement parce que les mots emprisonnent la pensée et que “Deep State” est une de ces expressions qui fonctionnent à merveille dans ce sens. • Quelques appréciations ouvertes et identifiées d’anciens officiers du renseignement permettent d’avoir une idée générale de l’événements, avec ses conséquences. • Le départ de Flynn a été orchestré par une formidable campagne de pression, de dénigrements, de manipulations, de FakeNews sur-canapé livrées à la presseSystème au garde-à-vous par quelques fractions de l’IC (Intelligence Community), sans doute restées proches d’Obama et habitées d’une haine anti-Trump inextinguible. • Il semble donc (soyons prudent) qu’on puisse définir cette affaire comme l’effet d’une intense bataille à l’intérieur de ce vaste ensemble nécessairement connecté au Deep State puisque le Deep State c’est le pouvoir du système de l’américanisme. • Bref, le départ de Flynn comme un pas de plus dans le désordre monstrueux que sont Washington D.C., le Deep State et le Système par conséquent.

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

Le Deep State dans tous ses états   16/02/2017

Une fois de plus, je prends la plume pour interférer dans le travail du site (dedefensa.org) et donner un aperçu personnel et néanmoins général des événements washingtoniens après la démission de Flynn, le conseiller direct de Trump pour la sécurité nationale, et l’un de ses plus anciens compagnons d’armes sur…

Ouverture libre

Obama nous prépare “sa” guerre civile   13/02/2017

• L’activisme quasiment à ciel ouvert de l’ex-président Obama pour éventuellement abattre son successeur représente un cas époustouflant de violation de l’esprit le plus haut de la Loi et de la Constitution des USA. • Dans sa retraite arrogante, Obama ne prépare rien moins qu’une guerre civile. • L’hypergauche progressiste-sociétale, totalement sous l’empire du Système, en a perdu tout sens commun : avec des domestiques comme eux, le Système n'a pas besoin d'ennemis. • Contributions de dedefensa.org et Paul Sperry.

Bloc-Notes

Âme grise et éminence damnée   11/02/2017

• La chose s’institutionnalise jusqu’à inquiéter des institutions : la complicité Trump-Bannon est un phénomène d’une ampleur remarquable dans la direction de la grande puissance américaniste. • En ce sens, il s’agirait presque d’un “coup d’État” antiSystème sans que nous n’y voyions que du feu. • Cet état de chose ouvre des perspectives fascinantes car l’un des buts avoués de Bannon, qui se compare à une sorte de Lénine pour le goût de la destruction du Système, est bien d’au moins déclencher une “guerre civile” aux USA.

Ouverture libre

Nomenclature des projets d’assassinat du président   08/02/2017

• Articles du 8 février 2017. • Développement sur les conditions extraordinaires des multiples réflexions, suggestions, encouragements publics de l’assassinat du président des États-Unis Donald J. Trump. • Le cas extrême du projet de la violence radicale, répondant à la haine non moins radicale à l’encontre de Trump. • Tout se déroule dans le domaine de la communication, dans un exemple étonnant du “présent enchaîné” où les effets de l’événement précèdent l’événement, s’il a jamais lieu. • Contributions de dedefensa.org et de Virgil.

Bloc-Notes

Trump et le paroxysme de la haine   07/02/2017

• Pourquoi la haine (du Système, de ses appointés) contre Trump équivaut au moins à celle qui est cultivée contre Poutine : il pulvérise les symboles de la modernité, comme le Russe. • En répondant à une remarque d’un journaliste pourtant-ami (« Mais Poutine ... est un tueur ») ces mots sacrilège : « Qu’est-ce que vous croyez, que notre pays est [plus] innocent [que lui] ? », Trump déchaîne une haine irréfragable contre lui. • S’il reste (pour l’instant ?) président des USA, il se révèle de plus en plus “désacralisateur” de l’Amérique mythique.

Bloc-Notes

L’“homme de Davos” a rejoint l’homme de Néandertal   05/02/2017

• Dans une interview notable à RT, la station russe qui n’est plus une “officine de propagande” pour l’administration Trump, l’ambassadeur-désigné des USA auprès de l’UE confirme la nouvelle politique européenne US. • Les USA voient aujourd’hui l’Europe comme un ensemble qui a besoin de se refondre démocratiquement, qui ne peut être conçu dans ses liens avec les USA que dans le prolongements de liens avec la Russie. • Le “monde nouveau” selon Trump enterre Davos et sa religion du globalisme.

Faits et commentaires

Les fous observant le fou...   04/02/2017

• La campagne contre Trump aux USA ne faiblit pas, au contraire elle s’amplifie et tend à devenir structurelle, avec des interventions juridiques. • L’argument le plus souvent débattu, c’est l’état mental du Président, ou selon des mots simple : est-il ou n’est-il pas fou ? • Question souvent suivie, chez ses adversaires, par une proposition qui tient lieu de réponse radicale : il faut l’éliminer le plus vote possible, y compris par un putsch militaire. • Trump, lui, ne cesse d’accentuer sa politique de “thérapie de choc”, avec parfois des aspects extrêmement contestables contredisant complètement le sens de son action du point de vue de ceux qui, hors des USA, l’ont soutenu et le soutiennent. • Ainsi en est-il de l’agressivité contre l’Iran depuis trois jours ou la condamnation à l’ONU de la Russie pour une relance de la tension et des affrontements armés en Ukraine qui sont le fait des seuls Ukrainiens (même les correspondants officiels de l’UE à Kiev, y compris l’ambassade, ont relevé cela). • Le résultat est que la politique de Trump crée le chaos aussi bien à l’intérieur des USA qu’à l’extérieur, et cela pour l’avantage d’aucune force, d’aucune puissance identifiable humainement. • Quelles que soient les explications qu’on puisse avancer et qui ne seront jamais que des hypothèses, le constat qu’on doit faire est que Trump n’a pas de politique, qu’il apparaît comme un événement en soi dont l’effet est antiSystème par la force même de sa manifestation.

Ouverture libre

Trump : une contradiction dévastatrice   03/02/2017

• Articles du 3 février 2017. • En deux articles successifs, à trois jours d’intervalle, Patrick J. Buchanan, met en évidence une terrible contradiction de Trump : dans le premier, la situation interne où Trump mène face à une opposition déchaînée une bataille antiSystème remarquable ; dans le second, deux initiatives de politique extérieure (Yemen et Iran) où brusquement, Trump se trouve dans le sillage du pire de la politiqueSystème. • Contributions de dedefensa.org et deux fois de Patrick J. Buchanan.

Faits et commentaires

Sous le sourire de Poutine...   02/02/2017

• L’Europe des dirigeants des pays-membres et de la direction des institutions (l’UE) n’avait rien, absolument rien vu venir de Trump ; quand Trump fut venu, elle n’y comprit pas davantage. • Le seul jugement du fond d’elle-même qu’on pourrait entendre si on avait l’oreille fine, ce serait celui-ci : “Non il ne doit pas exister, je ne veux pas que Trump existe, alors il n’existe pas”. • En attendant, et puisque tout le monde à l’UE se taisait, le président, le Polonais Tusk dont l’esprit est universel, a pris sa plume pour exhorter les chefs des pays-membres avant la réunion de Malte, à montrer une attitude résolue et ferme face à la tempête. • Ce faisant, il a désigné les USA de Trump comme l’une des grandes “menaces” auxquelles est confrontée l’UE, avec la Russie, la Chine et Daesh. • Tout cela est finement pensé et l’on sent le stratège à la vue longue, qui n’a nul besoin de longue-vue. • Il est vrai que les Européens, enfin leurs élites-Système, totalement affolées et n’y comprenant rien, ont donc trouvé comme meilleure stratégie, tactique, humeur et forme de pensée, l’hystérie de la mise à l’index et de la destruction. • Ainsi nous disent-il, terrorisés et temblants d'une haine progressiste-sociétale, puisque Trump il y a, bataille contre Trump il y aura, – avec effets catastrophiques garantis.

Faits & Commentaires

  • Poutine ne sourit plus du tout   20/02/2017

    • Plusieurs signes, notamment hier à Munich (conférence Wehrkunde sur la sécurité) et à Moscou montrent que Poutine a décidé un mouvement diplomatique majeur. • Le discours de Lavrov à Munich et la décision de reconnaître les documents officiels des républiques du Donbass constituent un message pour Trump : il faut se décider, et vite, sur la coopération avec Moscou, sans quoi Moscou “reprend sa liberté”. • Le problème est que Trump, plus que jamais en posture d’affrontement avec l’establishment (le Système), a son front principal à l’intérieur et que sa “politique extérieure” n’est qu’un instrument tactique pour cette bataille intérieure. • Poutine revient aux stricts intérêts de la Russie, c’est-à-dire qu’il se débarrasse de l’emprisonnement stratégique où le tenait son soutien inconditionnel à Trump. • Le durcissement russe pourrait paraître tactique à première vue mais il a une dimension stratégique latente et il est gros d’un durcissement sans précédent de la Russie, sur la Syrie mais surtout sur l’Ukraine. • C’est dire si l’Europe, autre locataire du bloc-BAO, est concernée au premier chef si l’on considère la situation géopolitique : les échéances électorales (France, Hollande, Allemagne) risquent de se faire sur le fond d’une nouvelle aggravation de la crise avec la Russie. • Le problème est grave pour les USA et pour l’Europe, qui sont dans une position de faiblesse sinon d’effondrement sans précédent. • Mais qui le réalise ?

    Lire cet article
  • Les fous observant le fou...   04/02/2017

    • La campagne contre Trump aux USA ne faiblit pas, au contraire elle s’amplifie et tend à devenir structurelle, avec des interventions juridiques. • L’argument le plus souvent débattu, c’est l’état mental du Président, ou selon des mots simple : est-il ou n’est-il pas fou ? • Question souvent suivie, chez ses adversaires, par une proposition qui tient lieu de réponse radicale : il faut l’éliminer le plus vote possible, y compris par un putsch militaire. • Trump, lui, ne cesse d’accentuer sa politique de “thérapie de choc”, avec parfois des aspects extrêmement contestables contredisant complètement le sens de son action du point de vue de ceux qui, hors des USA, l’ont soutenu et le soutiennent. • Ainsi en est-il de l’agressivité contre l’Iran depuis trois jours ou la condamnation à l’ONU de la Russie pour une relance de la tension et des affrontements armés en Ukraine qui sont le fait des seuls Ukrainiens (même les correspondants officiels de l’UE à Kiev, y compris l’ambassade, ont relevé cela). • Le résultat est que la politique de Trump crée le chaos aussi bien à l’intérieur des USA qu’à l’extérieur, et cela pour l’avantage d’aucune force, d’aucune puissance identifiable humainement. • Quelles que soient les explications qu’on puisse avancer et qui ne seront jamais que des hypothèses, le constat qu’on doit faire est que Trump n’a pas de politique, qu’il apparaît comme un événement en soi dont l’effet est antiSystème par la force même de sa manifestation.

    Lire cet article
  • Sous le sourire de Poutine...   02/02/2017

    • L’Europe des dirigeants des pays-membres et de la direction des institutions (l’UE) n’avait rien, absolument rien vu venir de Trump ; quand Trump fut venu, elle n’y comprit pas davantage. • Le seul jugement du fond d’elle-même qu’on pourrait entendre si on avait l’oreille fine, ce serait celui-ci : “Non il ne doit pas exister, je ne veux pas que Trump existe, alors il n’existe pas”. • En attendant, et puisque tout le monde à l’UE se taisait, le président, le Polonais Tusk dont l’esprit est universel, a pris sa plume pour exhorter les chefs des pays-membres avant la réunion de Malte, à montrer une attitude résolue et ferme face à la tempête. • Ce faisant, il a désigné les USA de Trump comme l’une des grandes “menaces” auxquelles est confrontée l’UE, avec la Russie, la Chine et Daesh. • Tout cela est finement pensé et l’on sent le stratège à la vue longue, qui n’a nul besoin de longue-vue. • Il est vrai que les Européens, enfin leurs élites-Système, totalement affolées et n’y comprenant rien, ont donc trouvé comme meilleure stratégie, tactique, humeur et forme de pensée, l’hystérie de la mise à l’index et de la destruction. • Ainsi nous disent-il, terrorisés et temblants d'une haine progressiste-sociétale, puisque Trump il y a, bataille contre Trump il y aura, – avec effets catastrophiques garantis.

    Lire cet article
  • Un axe globaliste : Chine-Hollywood vs Trump   30/01/2017

    • L’arrivée de Donald Trump est un formidable catalyseur pour fixer notre époque diluvienne dans la catégorie solitaire et métahistorique de l’époque sans précédent et sans équivalent (SPSE). • Si nous travaillons selon les seules références qui ont à notre appréciation un véritable sens cosmique et métahistorique aujourd’hui, – les références antiSystème versus Système, – nous sommes conduits à des observations et à des constats inédits et extraordinaires dans une époque qui est si complètement SPSE. • Nous développons ainsi le constat de la formation d’une alliance inédite, se dessinant à une très grande vitesse, à la fois inédite, exotique et originale, complètement postmoderne et simplement fondamentale. • Il s’agit d’une alliance globaliste, du courant du globalisme, radicalement anti-Trump, rassemblant pour ce cas précis, la Chine et Hollywood... • Comme toutes ces alliances qui se forment grâce à la puissance de communication et dont la réalisation opérationnelle reste une complète énigme qu’il est peu intéressant de vouloir éclairer tant elle paraît improbable, il faut l’accueillir avec une extrême souplesse de jugement, précipitant les acteurs (mot à-propos) dans le camp-Système pour ce cas, et peut-être demain les réarrangeant selon l’orientation antiSystème. • Nous sommes dans cette époque SPSE où les logiques courantes et les perspectives n’existent plus, dans un temps arrêté en un “présent bloqué”, image invertie de l’“éternel présent” de la métaphysique.

    Lire cet article
  • Cortez et son Rubicon   21/01/2017

    • The-Donald est donc devenu sous nos yeux, par la grâce d’un discours qui ne peut être que mémorable et historique, à la fois le Président des États-Unis d’Amérique et le provocateur-instigateur d’une rébellion antiSystème à l’échelle de l’univers. • Trump a mis sa vie dans la balance en provoquant le Monstre, le Système, le vulgaire establishment washingtonien, en le regardant jusqu’au fond des yeux et en le provoquant. • Ce n’est pas risqué, ce n’est pas audacieux, c’est plus simplement l’absolu de la bataille ultime. • Laissez de côté son programme, il n’a aucune importance ; non plus que sa politique, elle sera ce que lui imposeront les événements, – et ne considérez que le Moment métahistorique. • Ce discours n’est pas nécessairement un sommet de l’art oratoire, une pièce de subtilité intellectuel, il est un choc, un cri, un défi et il a la simplicité, voire la crudité de toutes ces choses. • Ne prenez pas non plus Trump pour un héros ou un génie, ou un Narcisse venu là par hasard, même s’il l’est ou quoiqu’il ne le soit aucunement ; la seule chose qui nous importe est que le destin l’a mis là où il se trouve pour dire, pour proclamer, pour hurler ces simples mots : “Système, je te défie à mort !” • C’est dire qu’il n’a pas gagné d’avance, bien loin, si loin de là ; c’est dire que nul ne sait ce qu’il adviendra de lui et de sa présidence. • La seule chose à apprécier, c’est qu’Armageddon a commencé.

    Lire cet article
  • Trump & la Russie, enjeu eschatologique   09/01/2017

    • Il y a une série de tweet du Président-tweet vantant l’établissement (et non le rétablissement) de relations de grande proximité avec la Russie. • Il y a l’annonce d’une visite de parlementaires US en Russie, menée par Dana Rohrabacher. • Trump semble donc entreprendre ses manœuvres pour un rapprochement décisif avec la Russie, qui constitue sans le moindre doute selon le jugement qu’on peut avoir de la situation présente avec les facteurs qui la caractérisent l’axe central de sa politique générale, pour l’extérieur mais aussi pour l’intérieur. • Par conséquent, c’est le défi fondamental de sa présidence, ce qui fait le caractère original et imprévu de cette présidence par rapport aux normes du Système, par conséquent on jugera aisément qu’il s’git théoriquement  et à ce point du jugement de l’enjeu central pour la réussite ou l’échec de Trump tant extérieur qu’intérieur. • D’autre part, il est évident que cette politique constitue également une opérationnalisation de l’affrontement entre l’antiSystème et le Système que représentent respectivement la présidence Trump et l’establishment à Washington D.C. • Ainsi, Trump trouvera-t-il sur sa route l’antirussisme du Système comme nous l’avons défini, qui continuera à s’affirmer. • La Russie et l’antirussisme sont ainsi les facteurs-clef de l’affrontement Système-antiSystème qui va déchirer les USA jusqu'au terme.

    Lire cet article
  • Entre tweet et Silent Coup, la guerre totale   04/01/2017

    • Appelons cela “la guerre pour la réalité” plus que “la guerre de l’information” qui ne date pas d’hier alors que ce à quoi nous assistons est saisissant de nouveauté et d’originalité,.. • Ou bien, mieux encore, parlons de “la guerre pour la conquête de la réalité”. • A Washington, les positions des uns et des autres se radicalisent, avec comme enjeu principal dans cette époque dominée par le système de la la communication : qui finira par imposer “sa” propre réalité, la seule qui comptera finalement et qui nous guidera ? • Trump ne cesse de se durcir, vis-à-vis de la presse-Système comme vis-à-vis des divers “services”, CIA en tête, qui ont développé depuis plusieurs mois la narrative du “complot russe” interférant dans les élections et imposant Trump. •  Dans ces conditions qui impliquent que l’une des deux parties (le Système, c’est-à-dire l’establishment, le Congrès, diverses bureaucraties de sécurité nationale) croit à sa propre narrative selon laquelle le président est un traître-“agent de Poutine”, comment espérer une entente, un compromis, une coopération, même une simple vie indifférente mais côte-à-côte ? • D’une façon ou l’autre, cette phase politique washingtonienne, c’est-à-dire la présidence Trump à partir du 20 janvirt, doit très rapidement entrer dans une phase d’affrontement aigu.

    Lire cet article
  • L’Armageddon de l’antirussisme   22/12/2016

    • Nous nommons donc cela “antirussisme” plus que “russophobie”, même si les deux termes sont justifiés mais de différents points de vue (nous nous en expliquons). • L’antirussisme est devenu un phénomène de communication unique, indécent, grotesque et bouffe, extraordinaire de surréalisme aux USA, une sorte d’événement de société considérable, sans précédent ni équivalent, sinon un spasme majeur du Système, sinon le spasme décisif. • Il est probable que Trump modifiera notablement la politique US vis-à-vis de la Russie dans le sens de l’arrangement. • A notre sens, cela ne changera rien, absolument rien à ce paroxysme d’antirussisme, sinon à encore plus l’entretenir et le mettre en évidence furieuse. • C’est cette proposition que nous voulons analyser et justifier, à notre sens, d’une façon catégorique. • L’antirussisme est devenu une posture, une conception, une façon d’être du Système, et aujourd’hui le Système aux abois ne laisse aucune latitude à ses hordes de faire autrement que ce qu’il exige strictement d’elles. • Ainsi, Trump, s’il fait sa politique, sera-t-il un “dissident” dans son propre pays, et sa politique heurtera de plein fouet ce qu’il reste de cohésion aux USA déjà ébranlés, et par ricochet, ce qu’il reste d’équilibre en Europe. • De toutes les façons, tout cela n’a plus grand rapport avec les capacités et les volontés humaines, et le sapiens ne peut que suivre, jouet de l’affrontement de forces qui le dépassent. • Il suivra donc...

    Lire cet article

Bloc-Notes

  • Marine et la Californie, même combat   25/02/2017

    Quelques réflexions du vénérable Patrick Buchanan, inspirateur des paléo-conservateurs et conscience du mouvement conservateur US, sur la question : “La sécession, pourquoi pas... ?” • Si l’on suit l’exemple de la Californie, l’on ne peut en effet sortir de l’affreuse “guerre culturelle” en cours que par la sécession. • Le paradoxe est que Buchanan fait le parallèle entre la marche vers la sécession de la Californie gauchiste et les projets-FN de Marine Le Pen. • Tout cela, avec un Trump déconstructeur du pouvoir central US.

    Lire cet article
  • La géopolitique du Fake-coup de fil   19/02/2017

    • Deux joyeux drilles, russes évidemment, sans aucun doute du KGB ou de la Tchéka, passent des coups de fil au Congrès, d’abord à la députée Waters, et hier au puissant sénateur McCain. • “Allo, ici le Premier ministre ukrainien...”, et la conversation s’engage. • Ainsi apprend-on ce que savent, pensent et disent ces puissants personnages qui conduisent l’exceptionnelle America the Beautiful. • Il faudra avertir la CIA et la NSA, pour que ces brillantes agences avertissent la représentation fédérale du danger  que Poutine fait peser sur elle.

    Lire cet article
  • Âme grise et éminence damnée   11/02/2017

    • La chose s’institutionnalise jusqu’à inquiéter des institutions : la complicité Trump-Bannon est un phénomène d’une ampleur remarquable dans la direction de la grande puissance américaniste. • En ce sens, il s’agirait presque d’un “coup d’État” antiSystème sans que nous n’y voyions que du feu. • Cet état de chose ouvre des perspectives fascinantes car l’un des buts avoués de Bannon, qui se compare à une sorte de Lénine pour le goût de la destruction du Système, est bien d’au moins déclencher une “guerre civile” aux USA.

    Lire cet article
  • Trump et le paroxysme de la haine   07/02/2017

    • Pourquoi la haine (du Système, de ses appointés) contre Trump équivaut au moins à celle qui est cultivée contre Poutine : il pulvérise les symboles de la modernité, comme le Russe. • En répondant à une remarque d’un journaliste pourtant-ami (« Mais Poutine ... est un tueur ») ces mots sacrilège : « Qu’est-ce que vous croyez, que notre pays est [plus] innocent [que lui] ? », Trump déchaîne une haine irréfragable contre lui. • S’il reste (pour l’instant ?) président des USA, il se révèle de plus en plus “désacralisateur” de l’Amérique mythique.

    Lire cet article
  • L’“homme de Davos” a rejoint l’homme de Néandertal   05/02/2017

    • Dans une interview notable à RT, la station russe qui n’est plus une “officine de propagande” pour l’administration Trump, l’ambassadeur-désigné des USA auprès de l’UE confirme la nouvelle politique européenne US. • Les USA voient aujourd’hui l’Europe comme un ensemble qui a besoin de se refondre démocratiquement, qui ne peut être conçu dans ses liens avec les USA que dans le prolongements de liens avec la Russie. • Le “monde nouveau” selon Trump enterre Davos et sa religion du globalisme.

    Lire cet article
  • Californie, de l’“État-sanctuaire” à la sécession ?   01/02/2017

    • La législature de l’État de Californie examine une proposition de loi établissant l’État en “État-sanctuaire”. • Il s’agit sans aucun doute d’une étape de plus vers la sécession, cette fois du fait des autorités de l’État elles-mêmes. • De toutes les façon, une telle décision (État-sanctuaire) ferait de la Californie une sorte de “USA anti-Trump”, notamment sur la question de l’émigration qui renforce évidemment le poids politique de la puissante communauté latinos. • Tout se passe comme si la sécession était désormais en vue...

    Lire cet article
  • Trump, Brexit et la guerre contre l’UE   29/01/2017

    • L’ambassadeur-pressenti que Trump devrait nommer auprès de l’UE ne prend aucun gant. • Il dit clairement et dans des termes d’une franchise inhabituelle, lors d’une interview à la BBC, qu’il entend bien travailler avec zèle à la destruction de l’Union Européenne. • Trump choisit des émissaires à son image et de son style (type-Patton) pour avancer sa politique. • L’épisode nous montre parallèlement que l’UE est sa bête noire et que le “Brexit” est l’essentiel de son programme à cet égard. • Il s'agirait là d'une précision fort intéressante.

    Lire cet article
  • Le Pentagone entre deux eaux   25/01/2017

    • Pour qui roule le Pentagone ? • Autre façon de poser la question : le Pentagone roule-t-il encore ou bien est-il à l’arrêt en attendant qu’un chauffeur veuille bien faire démarrer la chose ? • Ainsi est-il devenu difficile, pour l’instant et à peine plus qu’hier, d’apprécier la position du Pentagone, notamment en Syrie. • Les Russes, eux, n’en démordent pas : “La coopération entre le Pentagone et nous a déjà commencé, notamment avec la fourniture de renseignements, mais il ne faut pas (encore ?) trop le dire”.

    Lire cet article
  • Poutine officialise le Silent Coup contre Trump   18/01/2017

    • Colère froide, ou colère dissimulée derrière l’ironie de Poutine devant la situation washingtonienne. • Il dénonce ce qu’il désigne sans mâcher ses mots comme le “Silent Coup” qui ne cesse de hurler dans tous les coins, lancé contre Trump. • Il dénonce surtout l’extravagante destruction du système du pouvoir américaniste à laquelle l’establishment-Système US est en train de se livrer... • Une promesse d’une instabilité chaotique exponentielle pour les mois à venir, dans un monde déjà livré au chaos. 

    Lire cet article
  • Une journée épique et un combat de titans   11/01/2017

    • “Révélations” anti-Trump se dévoilant en FakeNews aussitôt largement documentée... • Conférence de presse se transformant instantanément en un “combat de chiens” (dogfight) où Trump ne perd ni son calme ni la bataille... • Le spectacle offert par Washington D.C. le 11 janvier 2016 fut celui d’une “guerre civile TOTALE de la communication”, dans une époque où la communication est la reine de la guerre. • USA-2016 nous a donné beaucoup, USA-2017 nous promet encore beaucoup, beaucoup plus, jusqu'au 20 janvier et après.

    Lire cet article
  • Le “binôme” Trump-Flynn   11/01/2017

    • Verdict même des plus pieux parmi les croyants (le Financial Times) : Trump a remporté la victoire dans la courtoise (?) bataille que fut sa rencontre avec les chefs de l’Intelligence Community, vendredi dernier, à propos du “complot russe” des élections présidentielles. • Son bras droit et son conseiller, le général Flynn, ancien directeur de la DIA et directeur du NSC, était présent lors de cette rencontre. • Compte tenu des divers aléas et prolongements de la rencontre, sa présence confirme le rôle central de Flynn auprès de Trump.

    Lire cet article

Notes d'analyse

  • Notes sur l'inaction et le silence   26/02/2017

    • De Washington D.C. à la Syrie, on observe une  contraction décisive des positions stratégiques des USA, effectuée dans un concert étrange fait à la fois d’inaction et de silence... • Décidément, la présidence Trump ne ressemble à aucune autre et personne ne peut raisonnablement prétendre à quoi ressemble sa politique étrangère, et s’il y a une politique étrangère, ou encore si cette apparence d’absence de politique étrangère n’est pas la meilleure politique étrangère possible pour Trump aujourd’hui. • Quoi qu’il en soit, toutes les indications convergent pour observer que l’on ne peut en aucun cas poser un diagnostic sur ce qu’est aujourd’hui la présidence Trump par rapport à la politique extérieure US plongée depuis plusieurs années dans le désordre et la paralysie, parce que principalement la situation intérieure aux USA constituée d’une menace révolutionnaire majeure détermine aujourd’hui l’essentiel du jeu politique. • Cela est apprécié autour de quelques interprétations de diverses sources sur la situation autour de la Syrie, et autour de la position US vis-à-vis de la situation autour de la Syrie. • Nul ne s'étonne si ces interprétations suscitent surprises et contrepieds.

    Lire cet article
  • Notes sur Flynn et l’“État profond” du désordre   17/02/2017

    • La chute, ou démission forcée d’une façon ou l’autre, du conseiller de sécurité national du Président US, le général Michael Flynn, ancien directeur de la DIA, a fait tant de bruits, suscité tant de certitudes diverses, conduit à tant d’interprétations décisives... • La narrative dominante : une (première) contre-attaque de l’“État profond” contre Trump, avant d’autres, aussi sanglantes, jusqu’à Trump lui-même. • Il faut nuancer cette version, et d’abord la nuancer dialectiquement parce que les mots emprisonnent la pensée et que “Deep State” est une de ces expressions qui fonctionnent à merveille dans ce sens. • Quelques appréciations ouvertes et identifiées d’anciens officiers du renseignement permettent d’avoir une idée générale de l’événements, avec ses conséquences. • Le départ de Flynn a été orchestré par une formidable campagne de pression, de dénigrements, de manipulations, de FakeNews sur-canapé livrées à la presseSystème au garde-à-vous par quelques fractions de l’IC (Intelligence Community), sans doute restées proches d’Obama et habitées d’une haine anti-Trump inextinguible. • Il semble donc (soyons prudent) qu’on puisse définir cette affaire comme l’effet d’une intense bataille à l’intérieur de ce vaste ensemble nécessairement connecté au Deep State puisque le Deep State c’est le pouvoir du système de l’américanisme. • Bref, le départ de Flynn comme un pas de plus dans le désordre monstrueux que sont Washington D.C., le Deep State et le Système par conséquent.

    Lire cet article
  • Notes sur une “dévolution de couleur”   31/01/2017

    • L’extraordinaire réaction à la décision de Trump de limitation des réfugiés montre combien les forces-Système, conscientes ou “idiotes utiles”, sont prêtes à l’affrontement. • “Révolution de couleur” ? On ne cesse d’en parler. • Reste que Washington n’est pas Kiev et qu’on ne change pas de président aux USA comme on le fait en Ukraine. • Comme aucune des parties ne veut ni même ne peut céder, au rythme actuel des décisions de Trump et de la fureur provoquée par les décisions de Trump, la guerre civile devient une option. • D’ores et déjà apparaissent des signes, nom pas typiques d’une “révolution de couleur”, mais typiques de ce que nous nommerions une “fragmentation de couleur”. • Les USA sont constitués selon tant de spécificités propres et sans équivalent, qu’un processus normal type-“révolution de couleur” (“révolution”, “coup d’État”) est psychologiquement impensable et techniquement impossible. • Les USA en crise vont nécessairement vers la fragmentation des pouvoirs, la dévolution du type de la déstructuration, et vers la dissolution des liens qui tiennent ces parties disparates entre elle. • La “dévolution de couleur” déclenchée par le Système au nom des vertus coutumières et si grossières de la vanité progressiste-sociétale est en train de détruire ce qui constitua le principal moteur de ce même Système. • Ave, Surpuissance-Autodestruction...

    Lire cet article
  • Notes sur un Mai-68 cosmique à Washington D.C.   17/01/2017

    • Une très rapide interview, brillante, pleine de complicité entre les deux acteurs, sur un sujet brûlant : Tulsi Gabbard interviewée par Tucker Carlson, de FoxNews. • Un exemple archétypique (et heureux, celui-là) du chaos des étiquettes politiques et des engagements qui caractérisent Washington D.C. • Il s’agit d’une révolution politique par le biais du système de la communication totalement bouleversé par l’effet-Trump produit par l’explosion-Trump. •  Ces “éclats ambigus du chaos” se signalent tout au long des déclarations des membres de l’administration Trump souvent antagonistes par rapport à celles de leur président, lequel trouve cela plutôt sympathique et encourageant. • Le chaos né de l’ouragan-Trump ne touche pas ce seul côté du monde politique washingtonien, puisque les démocrates en sont eux-mêmes affectés : outre le cas Sanders, on observera que les démocrates supplient les ministres de Trump, dont certains sont incontrôlables, de veiller à “les protéger [eux, les démocrates] contre l’incontrôlabilité de leur chef”. • Les passes d’armes CIA (IC)-Trump participe du chaos, sorte de Mai-68 cosmique. • Tout cela est typiquement américaniste car on ne trouverait pas de telles situations de chaos, pourtant si typiquement postmodernistes, dans nos provinces européennes si complètement soumises. • L’Amérique, coeur du Système, comme toujours nous précédant.

    Lire cet article
  • Notes sur la probabilité évidente du Diable   06/01/2017

    • Dans ces Notes d’analyse, nous abordons un sujet auquel nous faisons souvent allusion sans l’aborder aussi nettement (sauf dans la rubrique Glossaire.dde, où ce texte sera finalement classé). • Ce qui est remarquable dans les attendus de cette analyse, c’est que ce problème complètement inhabituel pour une rubrique liée tout de même à l’actualité crisique est présent dans des textes de plus en plus nombreux, de la part d’analystes dits-“sérieux”, qui ne s’attachent en général qu’à l’actualité crisique. • Le sujet, c’est donc la présence dans la situation générale d’une influence maléfique prédominante, indiscutable, catastrophique ; que l’on parle du “Mal”, ou que l’on parle du “Diable”... • Le fait est, selon nous, que l’on ne peut plus écarter cette rencontre de l’irrationnel et de l’extrahumain alors qu’elle est signalée de façon de plus en plus précise dans les textes d’analyse de l’actualité crisique (nous présentons plusieurs cas dans notre texte). • Notre méthode de réflexion fait, comme nous avons coutume, une place importante à l’intuition et à l’inspiration qu’implique l’intuition, sans jamais abandonner dans notre traitement la raison comme outil essentiel de la pensée. • Notre époque absolument sans équivalent, notre Crise Générale nécessairement sans précédent, non seulement justifient de notre point de vue cette démarche mais elles la rendent impératives.

    Lire cet article
  • Notes sur la dissolution du “centre du centre”   15/11/2016

    • Le 8 novembre n’est vieux que d’une semaine et le monde est totalement bouleversé, renversé, cul par-dessus tête. • Et l’on a pu ainsi remarquer, les choses allant vraiment très vite, que le post-8 novembre, au lieu d’être une escale de temps apaisé où l’on pourrait souffler, est au contraire l’espace d’un nouvel élan confirmant toutes les tendances “révolutionnaires”, dans un sens et dans l’autre, qu’on a pu identifier pendant a campagne. • C’est la première fois dans l’histoire des USA, – une autre “première”, – qu’une élection qui ne se joue sur aucune crise majeure, qui s’invente elle-même durant sa campagne la raison d’être de sa propre crise, débouche sur un résultat aussi sensationnel, et aussitôt contesté malgré sa parfaite légalité par diverses initiatives radicales et promises à durer. • Les USA, “les rois du monde”, les donneurs de leçon sur l’exceptionnalité de son système politique, s’enfoncent dans un désordre dont nul ne peut prétendre voir l’issue. • Voici donc l’exploration de la chose catastrophique, une petite semaine plus tard...

    Lire cet article
  • Notes d’un jour à l’autre   09/11/2016

    • « What a difference a day made », dit la chanson... • Symboliquement et opérationnellement sans nul doute, le 8 novembre 2016 est appelé à la barre des témoins de l’Histoire, pour recevoir son adoubement de “journée historique”, parce qu’elle couronne une campagne héroïque et produit une élection sans précédent à tous égards. • Ainsi soit-il, Amen. • ...Mais rien, absolument rien n’est fini et pas grand’chose de nouveau n’est démontré dans ce vote du 8 novembre par rapport à tout ce que nous a appris cette formidable campagne électorale pour les présidentielles, USA-2016, et surtout par rapport à ce que d’aucuns pressentaient de ce formidable mouvement populaire qui s’est manifesté. • “Pas grand’chose de nouveau” et “absolument rien n’est fini” parce que, si l’on peut avancer hyperboliquement qu’il y a là quelque chose comme une “deuxième révolution américaine”, eh bien elle ne fait que commencer. • En attendant, il n’est pas inutile à notre sens de récapituler tout ce que cette formidable et “héroïque” campagne électorale” nous apporté, par rapport à la situation générale, contre la surpuissance formidable du Système. • Nous nous y efforçons dans ces Notes, à partir de rappels de textes marquant ces événements, mis en perspective par nos commentaires du jour.

    Lire cet article
  • Notes sur une “rage-cosmique”   27/10/2016

    • La “rage” peut-elle être une politique ? Éventuellement, pour les sapiens qui réalisent les pressions et les tensions que le Système fait peser sur eux, et qui parviennent, ne serait-ce qu’un instant ou durant une circonstance, à échapper au carcan de narrative qui, de Clinton à Alep, tient leur jugement emprisonné sinon halluciné. • Souvent, d’ailleurs, un même sapiens connaît en lui le double état, d’une part de l’emprisonnement du sapiens-Système, d’autre part d’une révolte d’une “rage cosmique“ devant le sort qu’il doit subir. • Actuellement, c’est l’élection présidentielle US qui retient, qui doit retenir notre attention contrairement à la narrative de la presse-Système selon laquelle le résultat est connu d’avance, et la normalité de l’évènement assuré au bénéfice de l’avancement de la moralité de l’humanité. • Au contraire, il existe désormais un courant venu de ceux-là même qu’on dirait plutôt favorables à Clinton, ou dans tous les cas défavorables à Trump, qui découvrent le danger terrifiant que constitue l’élection de Clinton, c’est-à-dire l’installation au pouvoir de ce qu’on ne peut raisonnablement désigner autrement que comme une organisation criminelle.  • Il faut comprendre que l’élection USA-2016 est une crise qui dépassera le 8 novembre, et une crise qui s’inscrit dans un courant d’une réaction de “politique de rage” contre les élites-Système.

    Lire cet article
  • Notes sur une semaine d’hyperdésordre-Système   24/09/2016

    • Ces Notes d’analyse concerne une remarquable bataille de la communication qui a eu lieu autour d’événements tragiques et de montages divers, en Syrie, entre le 17 et le 24 septembre. • Nommera-t-on cela “la bataille de Deir Ez-Zor”, pour saluer la première intervention (de l’USAF, dans une situation de mutinerie vis-à-vis de la Maison-Blanche) ? Dans tous les cas, ce qui partait pour être peut-être l’ouverture de la Troisième Guerre Mondiale, ou dans tous les cas un nouveau déchaînement de communication antirusse, s’est achevé en une déroute de Washington et une très grande confusion chez les “copains et les coquins” qui suivent les consignes... • Il faut dire que les consignes étaient fort imprécises, les montages et les simulacres improvisés, la coordination en lambeaux, le désordre considérable en un mot. • Les Russes, qui ne cachent plus leur mépris pour l’attitude et la situation du pouvoir washingtonien, en ont profité pour effectuer une belle performance en matière de communication, retournant contre leurs “partenaires-adversaires” leurs propres vilenies. • Surtout, on a pu mesurer combien désormais la situation intérieure (USA-2016) pèse sur une politique extérieure absolument désintégrée, où le pouvoir est complètement délégitimé, où la panique sous-jacente et souterraine règne, où l’ombre de The Donald ne cesse de brouiller le paysage et d’assombrir l’avenir dans un brouillard énigmatique. • Ce fut donc une semaine joyeuse et pleine d’une dynamique enjouée et ardente.

    Lire cet article
  • Notes sur une campagne devenue folle   14/09/2016

    • “Le 9/11 d’Hillary” n’a pas relancé la campagne présidentielle, ni “relancé des spéculations”, etc. ; non, cet événement exceptionnel qui devrait être un tournant décisif n’a rien relancé du tout et n’est pas plus décisif que chaque autre événement de cette séquence, où tout est décisif. • Le malaise d’Hillary à l’anniversaire sacré de l’attaque du 11 septembre n’a constitué qu’un épisode de plus dans une campagne dont l’exceptionnalité et le paroxysme ne se démentent à aucun instant, qui n’a donc besoin d’aucune relance, qui est en état permanent de relance d’elle-même. • Il est absolument, non seulement impossible mais impensable de songer à avancer une probabilité d’issue à cet événement que plus aucune force humaine ne contrôle en aucune façon. • A chaque instant tout peut craquer, pour telle ou telle raison et dans tel ou tel sens, sans que l’on ne voit rien venir et sans que l’on puisse s’étonner un instant de l’événement tant on a compris que tout est possible. • Il s’agit d’une bataille massive, au plus haut degré, qui met en lumière la crise abyssale des USA, qui est aussi la crise abyssale du Système. • Nous sommes entrés dans une terra incognita martyrisée par des secousses sismiques d’une ampleur terrible : la Grande Crise d’effondrement du Système ne trahit pas ses promesses.

    Lire cet article
  • Notes sur la “faiblesse” de Poutine   05/09/2016

    • Dans ces Notes d’analyse, l’expression “faiblesse de Poutine” est prise comme symbolique d’une problématique nouvelle à partir d’une polémique feutrée qui s’est déroulée à la fin du mois d’août, concernant la politique russe en Syrie et vis-à-vis de la Turquie. • Le même propos nous conduira jusqu’au G20 qui se tient en Chine, et qui doit adouber, – une fois de plus d’ailleurs, car on n’en finit pas de le faire et on se demande pour quoi faire, – l’“hyperpuissance” chinoise dont certains jugeraient qu’elle pourrait port bien remplacer celle des USA. • Le moment est propice certes, alors que les USA s’enfoncent dans le plus prodigieux imbroglio politique et de communication qu’ait jamais produit ce système (celui de l’américanisme) : la catastrophe américaniste est aussi exceptionnaliste que prétend l’être cette “nation” sans égale dans l’histoire du monde. • Dont acte.  • Les héros de cet épisode délicat que nous tentons de décrire sont pour la première fois les seuls antiSystème, dont nous jugeons qu’ils se trouvent à une sorte de “croisée des chemins” : il leur faut commencer à apprendre à distinguer ce qui, dans leurs choix divers, se termine en acte véritablement antiSystème ou se trouve retourné en acte objectivement favorable au Système. • En d’autres mots très simples, il n’est plus si simple aujourd’hui d’être antiSystème car il ne suffit plus de dire “Système, je te hais”, car il faut savoir apprendre désormais ce qu’est vraiment le Système. • Le Diable est maître dans l’art du simulacre.

    Lire cet article

Ouverture libre

  • Les USA face à la sécession : le nœud gordien   23/02/2017

    • Articles du 22 février 2017. • Les analyses concernant l’éclatement des USA se multiplient. • Il ne s’agit plus d’appréciations théoriques mais bien d’hypothèses opérationnelles. • Bien entendu, elles se concentrent chez les analystes antiSystème mais la presseSystème commence à s'en apercevoir. • Le constat doit être pris comme significatif : l’opposition au Système ne passe plus par la recherche d’une réforme radicale des USA mais par l’éclatement des USA. • Contributions de dedefensa.org et de Llewellyn H. Rockwell Jr.

    Lire cet article
  • Réflexion sur l’éclatement des USA   21/02/2017

    • Articles du 21 février 2017. • Quelle perspective pour les USA dans la puissance du courant déstructurant qui les secoue ? • Les USA menacés d’une guerre civile de type-G4G, il faut explorer les voies pour éviter une telle catastrophe. • Une perspective est celle d’un fédéralisme très large avec des “villes ouvertes” avec un statut d’autonomie très forte. • Formule sophistiquée d’un état de sécession générale prenant en compte les complications des affrontements postmodernes. • Contributions : dedefensa.org et William S. Lind. 

    Lire cet article
  • Hoc se quisque modo semper fugit    21/02/2017

    • Article du 21 février 2017. • Sur les présidentielles frnçaises et essentiellement sur l'hostilité, jugée absurde dans le contexte des forces et des nécessités, de Mélenchon vis-à-vis de Le Pen. • Contribution de Marc Gébelin.

    Lire cet article
  • Conseils à un jeune prince devenu Roi   21/02/2017

    • Article du 21 férier 2017. • Le Maroc à un tournant d'une situation générale décisive : souverainisme volontariste du Roi, tensions centrfuges, activisme déstructurant Us et globaliste. • Contribution de Bedia Benjelloun. 

    Lire cet article
  • Le Grand Inquisiteur   17/02/2017

    • Article du 17 février 2017. • Survol de la France enfin libérée par la Très-Grande Alliance franco-russe, ou comment Fillon vole vers la victoire sous l'inspiration du Grand-Tsar hacker moscovite. • Contribution de Bibi Fricotin.

    Lire cet article
  • La sagesse de l’inconnaissance   14/02/2017

    • Articles du 14 février 2017. • Tenter de comprendre la politique extérieure de Donald Trump, c’est entrer dans un dédale où de multiples pistes conduisent à une incompréhension élevée à la hauteur d’un des beaux-arts. • Et cela, conduit à une vitesse qui sort de l’ordinaire au point où trois semaines de Trump valent bien six ou neuf mois de politique conduite dans des temps crisiques normaux. • Un joueur d’échec serait tenté de s’y perdre. • Qu’en conclure au bout du compte ? “Well...” • Articles de dedefensa.org et d’Alastair Crooke.

    Lire cet article
  • Fumer la moquette et voir de loin !   14/02/2017

    • Article du 14 février 2017. • Depuis l'oracle de Delphes au moins, la voyance est consultée pour apprendre ce que le destin réserve à notre humaninté : la postmodernité ne déroge pas à la règle. • Contribution de Badia Benjelloun.

    Lire cet article
  • Obama nous prépare “sa” guerre civile   13/02/2017

    • L’activisme quasiment à ciel ouvert de l’ex-président Obama pour éventuellement abattre son successeur représente un cas époustouflant de violation de l’esprit le plus haut de la Loi et de la Constitution des USA. • Dans sa retraite arrogante, Obama ne prépare rien moins qu’une guerre civile. • L’hypergauche progressiste-sociétale, totalement sous l’empire du Système, en a perdu tout sens commun : avec des domestiques comme eux, le Système n'a pas besoin d'ennemis. • Contributions de dedefensa.org et Paul Sperry.

    Lire cet article